Le bon sens amène à avoir des projets et des ambitions raisonnables. Pourtant voir grand, viser haut, tenter l’impossible est une option à ne pas écarter trop vite, car l’impossible est parfois plus atteignable que des objectifs plus réalistes.

 

 

Il faut oser, il faut y croire, il y faut essayer sont les poncifs qui rythme la lecture des livres de développement personnel, les séminaires de management, les talks de TEDx…

 

En apparence très américaine, cette philosophie repose néanmoins sur quelques vérités qu’il est utile de rappeler.

 

Tout d’abord, ceux qui sont au sommet de la pyramide sont souvent seuls. C’est bien connu. Pourquoi ? Parce que 99% des gens se pensent incapable de faire mieux que ce qu’il font, ce qu’on leur a dit de faire ou ce qu’on les a préparé à faire au cours de leur enfance, de leur éducation, etc. La concurrence pour atteindre les sommets n’est donc pas si intense et dieu sait si la vie comprend de multiples sommets, présentant des difficultés très variables (il n’y a pas que l’Everest) et pouvant être gravis de différentes manières (il n’y a pas que la face nord).

 

Ensuite, si vous avez des doutes et c’est bien normal, dites-vous bien que les 99% autres en ont également. Aucun sportif de haut niveau nous contredirait lorsque nous rappelons que la victoire commence toujours par une victoire sur soi-même. Les discours de Rafael Nadal, à qui il arrive de perdre lui aussi, souvent le rappellent.

 

Enfin, un objectif, un projet, une ambition irréaliste fournissent une adrénaline de nature à booster. Elle peut même être communicative et encourager les autres à nous suivre dans notre élan. Elle peut nous faire rencontrer des gens plus grands, plus forts, plus avancés que nous sur le chemin de la réussite et capable de nous inspirer, de nous conseiller et de nous encourager. N’oublions jamais que nager dans l’océan des actions ordinaires et réalistes, revient à rencontrer d’autres que soi, pataugeant dans les même problèmes, coincés dans les même contingences de la vie, mentalement enfermés dans une routine qui peut être, tire l’ensemble vers le bas ?

 

Puisque ce sont les rêves qui mènent les hommes, osons en avoir. Faute de quoi, nous n’avancerons pas, à une époque où il est crucial qu’une nouvelle génération de leaders émerge, que de nouvelles formes de leadership voient le jour et que l’avenir soit ce que nous en ferons.