Smart Finance est une IA qui accorde des millions de prêts en s’appuyant exclusivement sur des algorithmes capables de déceler des critères de solvabilité parfaitement inattendus. Une occasion inespérée de s’interroger sur les conséquences pour l’homme de cette nouvelle forme d’intelligence.

 

 

En Chine, l’intelligence artificielle Smart Finance accorde des crédits en fonctions de paramètre inédits. Plutôt que de demander aux emprunteurs leurs niveaux de revenus, elle demande l’accès à d’autres données auxquelles elle accède via leur smartphone. Elle tient évidemment compte du montant du porte monnaie WeChat Wallet mais s’intéresse surtout à une multitude d’autres variables plus inattendues mais qui comporte une valeur prédictive : vitesse à laquelle vous saisissez votre adresse e-mail, niveau de charge de votre téléphone, amis sur les réseaux sociaux, etc. En traitant des quantités de données encore indisponibles il y a quelques années, l’algorithmes est parvenu à identifier des critères « mineurs » de solvabilité qu’un esprit humain ne peut pas voir.

 

Deux questions méritent alors d’être posées à la lumière de la matrice de l’intelligence artificielle (voir image ci-dessous) et que nous avions présentée dans un article inaugural à redécouvrir ici.

Dans quel carré de la matrice de l’intelligence artificielle faut-il positionner Smart Finance?

 

Votre réponse :

 

Pourquoi positionner Smart Finance dans ce carré ci ?

 

Votre réponse :

 

Plus sérieusement, n’hésitez pas à répondre pour de bon au travers de commentaires laissés à la suite de cet article. Le débat pourrait s’avérer passionnant et riche.

 

Par avance merci pour vos réactions.