Le géant de l’e-commerce chinois voit bien au-delà de ses frontières, avec trois sociétés fin prêtes à conquérir le reste de l’Asie demain. Et pourquoi pas, du monde, après demain.

 

 

AliExpress, la porte d’entrée en Chine pour les clients du monde entier

AliExpress est une plateforme permettant aux consommateurs du monde entier d’acheter directement aux fabricants et aux distributeurs chinois. En plus du site en anglais, AliExpress exploite seize sites en langues locales, dont le russe, l’espagnol et le français. Les consommateurs peuvent également acheter via l’application AliExpress. Les pays dans lesquels AliExpress est le plus populaire sont à ce jour la Russie, les États-Unis, le Brésil, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. En 2017, AliExpress comptait environ soixante millions d’acheteurs actifs annuels et avait généré 10,1 milliards de dollars américains.

Les marchands d’AliExpress paient une commission, généralement de 5 à 8 % de la valeur de la transaction. Les revenus d’AliExpress proviennent également de la participation des marchands à des programmes d’affiliation marketing et de la vente de prestations marketing, à la performance essentiellement.

 

Tmall Global, la porte d’entrée en Chine pour les marques du monde entier

En février 2014, Tmall a lancé une extension internationale de sa plateforme. Baptisée Tmall Global, la plateforme répond à la demande croissante des consommateurs chinois de produits et de marques étrangères. Il s’agit de la première plateforme permettant aux marques et aux distributeurs non chinois d’atteindre les consommateurs chinois, d’accroître la notoriété de leur marque et de collecter des données, sans pour autant avoir besoin d’opérer physiquement dans le pays. Victoria’s Secret, Costco, Macy’s, Chemist Warehouse, LG Household & Health Care et Matsumoto Kiyoshi par exemple, ont des vitrines sur Tmall Global.

 

Lazada, la porte d’entrée des marques chinoises dans le reste de l’Asie

En avril 2016, le groupe Alibaba prend une participation majoritaire dans Lazada, l’un des principaux opérateurs de plateformes e-commerce en Asie du Sud-Est. Lazada exploite des plateformes e-commerce en Indonésie, en Malaisie, aux Philippines, à Singapour, en Thaïlande et au Vietnam, avec des sites web en langue locale et des applications mobiles dans chacun des six marchés. L’entreprise offre aux marques et aux marchands tiers une solution e-commerce donnant accès aux consommateurs de ces six pays, assortie d’une livraison rapide et fiable. En 2017, Lazada comptait environ vingt-trois millions d’acheteurs actifs par an.

 

Trois portes entrouvertes par Alibaba. Trois sésames aussi, permettant à la Chine de s’envisager, non plus seulement comme une immense infrastructure e-commerce, mais aussi comme une plaque tournante du commerce mondial. Développement du marché domestique d’abord. Expansion dans le reste de l’Asie ensuite. Premiers pas en Occident pour continuer. Où l’e-commerce Chinois s’arrêtera-t-il ?

 

Article initialement publié dans Le Journal du Net.