موقع مراهنات عربي لعبة تربح فلوس لعبة مباشر كيفية ربح المال من الالعاب شرح موقع bet365 إلعب واربح كازينو اونلاين

Bonjour Martina Chyba, lequel de vos articles préférez-vous ?

 

 

Martina Chyba : Oh mais c’est comme si vous me demandiez de choisir parmi mes enfants : impossible. Je vais donc choisir un moment, j’aime beaucoup la peinture et les beaux-arts, mais je ne me suis pas spécialisée dans le journalisme culturel, plutôt le journalisme de société. J’ai cependant eu l’occasion de couvrir l’arrivée des tableaux de la Fondation Philipps de Washington à la Fondation Gianadda à Martigny. Et d’assister au déballage des tableaux. Et donc à celui de du gigantesque « Déjeuner des canotiers » de Renoir, un chef d’œuvre, un mythe. Lorsqu’il a été sorti de sa boîte tout le monde était silencieux et il est apparu, c’était incroyablement beau. Le patron du musée Léonard Gianadda a commencé à pleurer, et je crois que moi aussi j’ai versé une larme.

 

 

Lequel de vos articles a eu le plus de retentissement ?

 

Martina Chyba : Il y a en a eu deux. Le premier, en 1992, s’appelait « Les médecins malades du stress » et portait sur les horaires des médecins assistants en milieu hospitalier, nous avions suivi trois jeunes médecins qui faisaient deux fois 36 heures de garde de suite dans la semaine, notamment en chirurgie et en néonatologie. Une folie. Un responsable politique avait justifié cela et avait provoqué une manifestation des médecins, la classe politique avaient été interpellée et les choses ont changé. Le deuxième reportage était en 1994 et nous avions testé la qualité des préservatifs dans les distributeurs, notamment dans les gares. Une catastrophe. Des gens avaient attrapé le SIDA parce que ces préservatifs se déchiraient. Tout a été changé et seuls les préservatifs avec label ont été autorisés dans ces machines.

 

 

Qu’aimeriez-vous voir se produire dans l’actualité pour pouvoir écrire l’article de votre vie ?

 

Martina Chyba : Haha c’est très simple. J’aimerais pouvoir me réveiller après ma mort et revenir raconter ce qu’il y a après. Pour le coup, un sacré scoop. 😊

 


La rubrique The Really Mirror du blog de Bertrand Jouvenot réunit des interviews de journalistes destinées à leur donner l’occasion de révéler un peu plus qui se cache derrière leurs plumes.