Dans le livre Net Positive, l’ancien PDG d’Unilever, qui a augmenté de 300 % le rendement de ses actionnaires tout en veillant à ce que l’entreprise se classe au premier rang mondial en matière de durabilité pendant onze années consécutives, révèle pour la première fois comment y parvenir. En collaboration avec Andrew Winston, l’un des spécialistes mondiaux de la durabilité des entreprises, Paul Polman montre aux chefs d’entreprise comment relever les défis les plus importants et les plus urgents de l’humanité, à savoir le changement climatique et les inégalités, et comment créer ainsi une entreprise florissante. Écoutons Andrew Winston nous parler du livre.

 

Bonjour Andrew Winston, pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

 

Andrew Winston : Mon co-auteur, Paul Polman, m’a proposé d’écrire un nouveau livre qui mettrait à profit son expérience de la gestion d’une multinationale axée sur la finalité et le développement durable, ainsi que mes connaissances acquises au cours de mes 20 années de travail sur ces questions. Nous ressentons tous deux l’urgence des grands défis auxquels le monde est confronté, en particulier le changement climatique et les inégalités. Ces deux phénomènes se sont aggravés de manière spectaculaire au cours des dernières décennies et, en ce qui concerne le climat, nous disposons de très peu de temps pour réduire considérablement les émissions de carbone. Nous avons également estimé que le moment était propice, car les solutions à bon nombre de nos problèmes sont à portée de main et les entreprises peuvent jouer un rôle de premier plan.

 

 

Un extrait de votre livre qui vous représente le mieux ?

EXTRAIT 1… issu de la préface du livre sur ma pensée générale

 

Ma mission est d’inciter les entreprises à résoudre nos plus grands défis environnementaux et sociaux, non pas par philanthropie, mais parce que c’est une bonne affaire. Je pense au progrès au niveau macroéconomique : dans la lutte pour que le monde des affaires s’éloigne de l’obsession du profit à court terme et se tourne vers la création de valeur à long terme, sommes-nous en train de gagner ?

Oui et non.

Le nombre d’entreprises qui s’attaquent à leur impact environnemental et social augmente rapidement. Aucune grande entreprise ne remet sérieusement en question le fait que la durabilité est à l’ordre du jour. Nous avons gagné la première bataille, mais de gros problèmes subsistent. Notre modèle économique, qui surexploite les ressources, encourage la consommation effrénée et déverse la richesse dans quelques mains, nous précipite vers une falaise. Les défis mondiaux que nous essayons de résoudre (le changement climatique en particulier) s’aggravent. Nous n’allons pas assez vite.

Les entreprises ne doivent pas se contenter de réduire leurs émissions de carbone et d’être moins mauvaises ; elles doivent s’engager sur la voie de l’impact positif. Le monde a besoin de plus de leaders courageux prêts à engager leurs organisations dans un changement profond et à servir le monde.

 

EXTRAIT 2 : au sujet de la thèse centrale du livre

 

Une entreprise à impact positif net est au service des autres. Elle suit le plus ancien guide moral que nous ayons, la règle d’or, ou « Faites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous fassent ». Pour vivre selon cette règle, une entreprise nette positive vit dans les limites ou les seuils naturels afin de respecter la planète et ses habitants. Elle observe les limites morales de la façon dont nous nous traitons les uns les autres et s’efforce de réparer, restaurer, revigorer et régénérer.

En gardant ce cadre à l’esprit, notre vision du « net positif » est celle d’une entreprise qui améliore le bien-être de tous ceux qu’elle touche et à toutes les échelles – chaque produit, chaque opération, chaque région et pays, et pour chaque partie prenante, y compris les employés, les fournisseurs, les communautés, les clients, et même les générations futures et la planète elle-même.

Il s’agit d’une étoile polaire. Aucune entreprise ne peut atteindre tous ces objectifs à la fois, mais c’est la direction que nous devons prendre si nous voulons une économie et une planète viables. Exister en tant qu’entreprise pertinente aujourd’hui, c’est enrichir le monde.

La question ultime est la suivante : Le monde est-il meilleur parce que votre entreprise est présente ?

 

 

Les tendances qui émergent et auxquelles vous croyez le plus ?

 

Andrew Winston : Si par « croire » vous voulez dire quelles sont les plus fortes et celles dont je suis le plus sûr qu’elles se produisent et évoluent rapidement, je dirais que le passage à l’économie propre en est une. Le prix des énergies renouvelables, des batteries et d’autres technologies a chuté de manière exponentielle. Les plus grands constructeurs automobiles du monde se sont engagés à vendre des véhicules essentiellement ou exclusivement électriques d’ici 15 à 20 ans (voire plus tôt). L’autre mégatendance inarrêtable est la pression exercée par les jeunes générations sur les entreprises pour qu’elles aient des valeurs et contribuent à construire un monde meilleur. Les jeunes posent de nouvelles questions aux entreprises pour lesquelles ils achètent et travaillent. Ces deux tendances me donnent de l’espoir.

 

 

Si vous deviez donner un conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

 

Andrew Winston : Lancez-vous et faites entendre votre voix. Nous avons besoin d’une action collective et de nouvelles politiques pour changer les systèmes. Les individus devraient donc soutenir les changements dont nous avons besoin par leurs choix au travail, ce qu’ils achètent et utilisent, et surtout pour qui ils votent. Soutenez les politiciens qui veulent s’attaquer énergiquement au changement climatique et qui se soucient des droits de l’homme et de la réduction des inégalités. Allez voter, exprimez-vous sur ce qui compte et présentez-vous même aux élections.

 

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

 

Andrew Winston : Je serai toujours passionné par l’utilisation des entreprises pour construire un monde prospère. Mais notre capacité à relever les grands défis est mise à mal par des problèmes plus récents comme la désinformation, la propagande et les attaques contre la démocratie. Ces combats sont au cœur de notre époque et nécessitent que chacun travaille à la protection des droits et à la promotion d’un monde plus juste.

 

Merci Andrew

 

Merci Bertrand

 

Le livre : Net Positive: How Courageous Companies Thrive by Giving More Than They Take, Paul Polman, Andrew Wintson, Harvard Business Review Press, 2021.