Le syndrome FOMO (de l’anglais : Fear Of Missing Out, « peur de rater quelque chose ») est une forme d’anxiété sociale caractérisée par la peur constante de manquer une nouvelle importante, poussant l’individu à rester constamment connecté aux réseaux sociaux. Pour en parler, nous avons interviewé Patrick McGinnis, l’inventeur de la notion de FOMO et l’auteur du livre Fear Of Missing Out.

 

 

Bonjour Patrick Ginnis, pourquoi avoir écrit ce livre… maintennant ?

 

Tout simplement parce que j’ai inventé le terme FOMO au début des années 2000, alors que j’étais étudiant à la Harvard Business School, ce qui en fait de moi le spécialiste mondual. J’anime également un podcast intitulé FOMO Sapiens. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où le choix est écrasant. Avec Amazon, Netflix, LinkedIn et Instagram au bout de nos doigts, les choix personnels et professionnels semblent infinis. Cette surcharge d’informations, à laquelle s’ajoute la possibilité constante de se comparer aux autres, peut provoquer une paralysie décisionnelle. À son tour, cette paralysie décisionnelle est aggravée par deux émotions universelles : FOMO, la peur de manquer quelque chose, et FOBO, la peur des meilleures options. J’ai écrit ce livre pour aider les lecteurs à prendre de meilleures décisions et à vivre de manière plus décisive, même dans un monde où nous avons tant d’options.

 

Un extrait de votre livre qui vous représente le mieux ?

 

Un pourcentage important de personnes dans le monde n’aura jamais à se soucier du FOMO et du FOBO. Pour avoir le FOBO, vous devez avoir des options. Pour avoir une FOMO, vous devez voir ce que vous manquez et croire que cela pourrait être possible pour vous. Quand on les réduit à leur essence, les FOMO et les FOBO sont des afflictions d’abondance. Ils exigent que vous croyiez que vous avez des options dans la vie et que vous pourriez explorer ces opportunités dans de bonnes circonstances. Ce n’est manifestement pas le cas pour tout le monde. Vous n’avez pas besoin d’aller au Liban pour rencontrer des personnes qui n’ont que peu ou pas d’options dans la vie. Vous l’avez sûrement constaté dans votre propre communauté et peut-être même parmi vos propres amis et votre famille. Que ce soit en raison de la maladie, de la pauvreté, de la guerre, de la répression ou du manque d’opportunités, lorsque vous êtes marginalisé, la vie est dépourvue de choix.

 

Comparez maintenant cette dure réalité avec la vie des quelques privilégiés qui, de par la nature de leurs réalisations, de leurs antécédents et peut-être de leur naissance, vivent dans un environnement extraordinairement riche en choix. Il ne devrait pas être trop surprenant que ces personnes jouissent d’une autonomie et d’une influence bien plus grandes que les autres membres de la société. Cela a toujours été le cas. Si vous êtes un roi ou un capitaine, un PDG ou une célébrité, vous voyagez dans la vie en première classe alors que le reste du monde vole en autocar. Bien sûr, il n’est pas nécessaire d’être le dirigeant d’un pays ou une star de cinéma pour profiter des avantages liés aux privilèges. Si vous êtes même relativement aisé, vous pouvez vous permettre d’acquérir beaucoup plus d’expériences ou de produits qu’une personne de condition modeste. Si vous êtes hyperintelligent et motivé, vous aurez tendance à avoir un éventail plus large d’opportunités professionnelles. Si vous êtes beau et que vous avez une personnalité pétillante, vous aurez l’embarras du choix en matière de rencontres. Aucune de ces choses n’est mauvaise.

 

L’ironie, bien sûr, c’est que malgré toutes les flèches de votre carquois, vous risquez de vous retrouver dans une situation très similaire à celle de tous ces gens qui sont confrontés à une pénurie de choix. Lorsque vous vivez dans un environnement riche en choix, vous pouvez vous retrouver figé, suspendu dans le temps, à cause de votre propre indécision. La différence, bien sûr, est que lorsque vous évoluez dans un environnement riche en choix, il s’agit d’une condition auto-infligée. Elle est alimentée par votre environnement, bien sûr, mais si vous choisissez de ne pas la combattre, alors elle est à vous et vous la possédez. C’est aussi une circonstance que toute personne dans ce camp de réfugiés accepterait volontiers si elle le pouvait. Alors que leur univers d’alternatives s’est rétréci, il semble que la plupart des autres personnes se noient de plus en plus dans le choix.

 

Les tendances qui viennent d’émerger et auxquelles vous croyez le plus ?

 

Bien que l’acronyme pour les décrire soit nouveau, les impulsions qui se cachent derrière la FOMO ne le sont pas. D’un point de vue neurobiologique, les humains sont câblés pour cela. Nos premiers ancêtres étaient des chasseurs-cueilleurs qui vivaient en tribus et étaient conscients de ce qu’ils avaient – et de ce qu’ils n’avaient pas mais dont ils avaient besoin – pour vivre un jour de plus. À l’époque, il était payant d’être paranoïaque. Si vous vous baladiez avec vos congénères et que vous passiez à côté d’une source cruciale de nourriture, d’eau ou d’abri, toutes vos vies pouvaient être en péril. Ces impulsions sont toujours présentes dans notre psyché collective aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle tant de gens ont fait des achats de désinfectant pour les mains et de papier toilette dès qu’ils ont appris que les réserves étaient épuisées. En même temps, les premiers humains ont reconnu qu’un autre facteur de survie était leur participation continue aux groupes qui les aidaient à naviguer dans l’environnement difficile de l’époque. Si vous étiez exclu du groupe, vous étiez en danger. Vous saviez que vous deviez courir en meute pour survivre dans le cadre de la loi du plus fort. Ce désir de faire partie du groupe, d’être social, est ce qui rend la distanciation sociale, même lorsque nos vies en dépendent, si difficile pour nous tous. Nous sommes faits pour vivre en meute. Bien sûr, avec la prolifération de la connectivité et des médias sociaux, ces meutes sont partout et elles nous distraient et nous causent des problèmes de santé mentale, du stress et des pertes de productivité.

 

Si vous deviez donner un conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

 

Pour attaquer le FOMO, vous devez vous demander profondément si votre perception correspond bien à la réalité, et quelles sont vos motivations pour faire quelque chose. »

 

Donc, lorsque vous le ressentez, demandez-vous :

  • Est-ce que vous le faites parce que vous voulez vraiment le faire ?
  • Est-ce que je suis la foule ?
  • Est-ce que je peux vraiment le faire ?
  • Ai-je les ressources nécessaires pour le faire ?
  • Ai-je les talents pour cela ?
  • Ai-je le temps pour cela ?

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

 

Je m’intéresse à la résilience et à la manière de construire des carrières et des vies résilientes dans un monde de changements inattendus.

 

Merci Patrick McGinnis

 

Merci Bertrand

 


Le livre : Fear Of Missing Out, Patrick McGinnis, Sourcebook, 2020.