Et si au lieu de trouver les causes du problème, nous d’enquêtions sur les raisons du succès. Ce noyau de réussites servirait à l’élaboration de nouveaux projets et favoriserait le changement individuel et collectif ? Cette approche existe. Elle s’appelle l’appreciative Inquiry. Son but est de créer de nouvelles habitudes mentales qui stimulent l’innovation et la créativité. Jean Pages l’a popularisé en France. Nous l’avons interviewé à l’occasion de la sortie de son dernier livre : Coacher avec l’appreciative inquiry.

Bonjour Jean Pages, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

Jean Pages : Ce livre est la troisième édition de mon livre paru en 2007 alors que l’Appreciative Inquiry n’était pas encore connue en France. Quand j’ai découvert cette approche, il y a une vingtaine d’années, j’ai été immédiatement enthousiasmé par une la vision positive et constructive sur laquelle elle repose. Au lieu de centrer toute l’attention sur la résolution de problèmes et d’étrécir ainsi le champ de vision, elle se propose de découvrir les facteurs de succès et les forces de vie des groupes humains afin de les accompagner vers un avenir désirable. C’était, et cela reste pour moi, une véritable révolution (au sens d’un retournement de l’attention): on ne faisait plus reposer l’accompagnement au changement sur la tension issue des manques et des déficits (même si ceux -ci ne sont pas ignorés) mais au contraire sur l’énergie vitale des groupes humains. En d’autres termes, plutôt que de s’appuyer sur l’analyse des difficultés et d’éventuelles hypothèses de solutions, on reconnait les forces vives existantes et constatables et on s’appuie sur elles pour imaginer les changements. On se sent alors plus fort ensemble pour engager des projets ou pour prendre des décisions qui assureront pérennité et développement à l’entreprise.

L’autre aspect qui m’a marqué est le caractère participatif et profondément démocratique de l’approche : toutes les personnes concernées sont invitées à s’exprimer sur les sujets d’importance proposés par la gouvernance de l’entreprise et chacune d’elles peut contribuer non seulement à la création de nouvelles propositions mais aussi à leur mise en œuvre.

J’ai expérimenté dans des situations très variées l’Appreciative Inquiry et cela a toujours été une grande joie pour les participants et l’occasion d’une importance libération d’énergie.

Cette troisième édition s’imposait maintenant pour répondre aux attentes des lecteurs quant à des fiches techniques précises et témoigner de nouvelles applications de la méthode notamment en matière de coaching individuel ; j’ai pu en effet, ainsi que d’autres collègues de différents pays adapter ce processus, initialement conçu pour accompagner des collectifs, à l’accompagnement individuel.

 

Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

J.P. : Il me semble que nous commençons à percevoir l’idée de polarité et de mouvement permanent issu de la confrontation de ces polarités (c’est, par exemple, le jeu des ions positifs et négatifs qui crée la circulation dans note système nerveux) , ceci en nous-même, dans les relations, dans l’entreprise et dans le monde. Nous sortons d’un monde prévisible et que l’on pensait pouvoir maîtriser par des visions et des plans, et nous pouvons devenir plus sensibles au mouvements du vivant, plus difficile à cerner mais porteurs d’émergence. Apprécier signifie, dans cette approche, accueillir le vivant au-delà des oppositions stériles, dans une compréhension des forces de vie.

 

Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

J.P. : Aller chercher et accueillir les forces de vie en soi (en étant son propre référent), chez les autres (dans nos relations personnelles ou les organisations dont nous faisons partie), et dans le monde (hommes et planète)

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

 

J.P. : Comment être présent aux profondes transformations en cours et contribuer, non pas à un futur possible coïncidant à un monde qui a montré ses limites et porteur de dangers, mais à un futur possible désirable et épanouissant.

 

 

Merci Jean Pages

 

Merci Bertrand

 

 


Le livre : Coacher avec l’appreciative inquiry, Jean Pages, Eyrolles, 2021 (3ème édition)