Derrière chaque succes-story se cachent des moments de doutes. C’est parfois un tout petit détail qui fait tout basculer. Shashank ND et Abhinav Lal, les deux fondateurs de l’une des plus belles start-up indiennes ont bien failli jeter l’éponge, mais heureusement…

 

Au début des années 2000, l’entrepreneuriat » n’était pas un concept particulièrement connu en Inde. Une université a voulu changer cela. Le National Institute of Technology Karnataka – NITK en abrégé – était l’un des rares endroits où l’on pouvait trouver une cellule entrepreneuriale dans le pays. Sa « cellule Eforea » a été conçue comme une rampe de lancement pour les jeunes talents travaillant sur la prochaine grande idée.

Shashank ND, un étudiant du NITK de Bangalore, a rejoint Eforea en deuxième année. Jusque-là, il était un étudiant plutôt moyen qui ne s’était distingué que dans les activités extrascolaires du campus. Les événements organisés par l’e-cell ont cependant changé le cours de sa vie. En écoutant des gourous du monde des affaires comme le fondateur de rediff.com, Ajit Balakrishnan, parler de leurs expériences, Shashank a découvert sa véritable vocation : l’entrepreneuriat.

Il n’a pas non plus eu à chercher loin pour trouver un partenaire – son futur collaborateur Abhinav Lal était également membre d’Eforea.

Les deux changeurs de monde en herbe ont commencé petit. Leur idée ? Créer un logiciel pour les médecins. Après avoir emprunté 10 000 roupies – environ 145 dollars américains – à la mère de Shashank, ils ont enregistré leur société sous le nom de Practo Technologies. Les choses étaient encore assez vagues, mais cela n’a pas découragé Shashank et Abhinav. Le duo a organisé une grande présentation et a invité 25 médecins locaux. Mais l’événement a été un désastre. Shashank se sentait mal à l’aise dans son costume mal ajusté, et leur discours commercial est tombé dans l’oreille d’un sourd.

Un médecin présent dans la salle – Mohammed Ali – n’a pas été aussi prompt à rejeter ce qu’il avait entendu. Il a dit aux deux entrepreneurs en herbe de persévérer, et leur a même donné une idée sur laquelle travailler. Ali avait remarqué que ses patients avaient souvent besoin qu’on leur rappelle leurs contrôles réguliers. Ne serait-il pas plus simple, s’est-il demandé, d’automatiser ces rappels ? Shashank et Abhinav se sont mis au travail pour concevoir le logiciel nécessaire à cet effet.

Leur prototype était simple, mais Ali était ravi des rappels automatiques par SMS qu’il envoyait. Encouragés par ce succès, les diplômés du NTIK ont engagé leur avenir dans Practo. En 2010, leur travail acharné a porté ses fruits. Sequoia Capital, une société américaine de capital-risque qui avait soutenu Apple et Google à leurs débuts, a décidé d’investir dans la start-up médicale. C’était exactement le coup de pouce dont Practo avait besoin.

En 2015, l’entreprise valait près de trois millions de dollars américains, et ses services étaient utilisés par 10 000 médecins à travers l’Inde. Moralité, ne rennonçez jamais.