Sommes-nous entrés dans une guerre froide digitale ? Pourquoi la France et ses citoyens doivent-ils obtenir les pleins pouvoirs sur leurs données ? Que faire, dès aujourd’hui, pour nous protéger en ligne ? Peut-on imaginer un nouveau modèle de gouvernance qui respecte notre héritage politique tout en intégrant les technologies numériques ? Et si la data était utilisée pour nous, plutôt que contre nous ? Des questions auxquelles répond le livre Data démocratie, co-signé par Thomas Jamet, Florian Freyssenet, Lionel Dos Santos de Sousa.

 

Bonjour Thomas Jamet, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

 

On écrit souvent les livres qu’on aurait souhaité lire… Sur un sujet aussi essentiel, rien n’existait à l’époque (en 2020) où nous avons commencé à le rédiger : nous invitons d’ailleurs les lecteurs de cet interview à juste taper « données+démocratie+data+livre » sur leur moteur de recherche préféré et voir quels sont résultats qu’ils obtiennent (sans surprise notre livre apparaît un peu seul), et même les livres en anglais se comptaient sur les doigts d’une main. Le dernier livre français sur le sujet avec notre approche datait de 2010, et beaucoup de choses ont changé en une décennie, il nous paraissait dès lors urgent d’informer et faire un nouvel état des lieux pour les français, sur quelque chose d’aussi important qui les touchent dans leur quotidien et pour lequel, ils n’ont pour la plupart qu’une impression déformée voire aucune de ce qui se passe derrière leurs écrans.

 

 

Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

 

Thomas Jamet : Vous ne verrez sans doute plus votre smartphone de la même façon après avoir lu notre livre ! Mais pour répondre à cette question, nous dirions qu’il s’agit des 5 propositions concrètes qui concluent le livre, car elles sont ancrées dans l’action, utiles et nécessaires. Dans ces propositions : un guide d’autodéfense numérique à l’usage de tous, une proposition sur la fiscalité des géants du numérique ou encore par exemple la création d’une Haute Autorité à la Donnée dont nous détaillons le périmètre.

 

 

Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

Thomas Jamet :

– L’IA, qui est sans doute la prochaine révolution « Schumpétérienne ». On verra ainsi de plus en plus le couple humain-IA monter en puissance dans nos vies professionnelles et personnelles (votre prochain collaborateur sera sans doute une IA qui sera là pour vous assister dans vos fonctions).

 

– La décentralisation du Web au travers des technologies blockchain (ou leur futur)

 

– Le réchauffement climatique et ses conséquences (en particulier l’insécurité alimentaire et hydro-sociale, les phénomènes de migration forcée, etc. ) qui vont également faire émerger sur les réseaux de plus en plus d’insurrections numériques (ce que nous nommons les « stand alone complex » dans le livre et dont nous détaillons les caractéristiques). D’ailleurs, les guerres de demain seront de plus en plus menées sur les réseaux avec le lancement de « tendances » dans la complosphère pour déstabiliser les régimes… Globalement s’il est déjà difficile de distinguer le vrai du faux aujourd’hui sur internet (videos en deepfakes, chatbots, etc…) il deviendra demain impossible de faire confiance à tout ce qui se trouve sur internet (on verra sans doute émerger des labels de certification ou de vérification à l’avenir).

 

– Pour finir le mouvement va se poursuivre sur la portabilité connectée et la bioesthétisation de la technologie : nous verrons d’ici d’ici 3 à 10 ans les nouveaux moyens qu’elles prendront (lentilles ou lunettes connectées en cloud computing, nouvelles interfaces haptiques invisibles, e-paper connecté, etc…), nos écrans de demain seront aussi fins que du papier (l’étape suivante sera une révolution holographique qui se fera sans doute en interfacage avec nos yeux), des nouveaux moyens de produire et de stocker de l’énergie vont également arriver (batteries tout-solide, graphites ou silicium, technologie osmotique, etc… ). Nous allons rentrer encore plus dans une ère d’ingénierie concentrée autour des enjeux de la sobriété industrielle (énergétique, métaux, recyclage, etc…).

 

– Le metaverse n’en est pas encore à son « tipping point » (pour reprendre l’expression de Malcolm Gladwell), il reviendra sans doute plus fort sous la forme de lunettes augmentées… La VR est encore pour le moment destinée à une niche d’utilisateurs. Pour être un succès, il devra complètement envahir le quotidien des utilisateurs.

 

 

Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

 

Thomas Jamet : Lire le petit guide d’autodéfense numérique à usage citoyen et responsable de notre livre (annexe 1 à la page 306 :)).

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?
Thomas Jamet :

– Les IA en quantum computing, le Web3 et ses nouvelles interfaces (le premier smartphone blockchain arrive en 2023).

– Les lentilles connectées.

– L’holographie sensorielle (les hologrammes que l’on peut toucher et même sentir existent déjà).

– Un avenir où nous n’aurions besoin que de nos données biométriques pour faire tout ce que nous faisons aujourd’hui avec des cartes ou un smartphone (c’est tout à fait envisageable).

– Les nouvelles technologies et mode de gestion alternatifs qui nous permettront de lutter contre l’insécurité alimentaire et hydrique dûs au réchauffement climatique (on devrait voir naître le mariage parfait de la high-tech, low tech et No tech sur ces enjeux).

Nous devons d’ores et déjà nous préparer pour le monde d’après (un monde où du fait de la raréfaction des ressources minières et agricoles, de nouveaux conflits éclateront) et dans lequel les données seront non seulement stratégiques mais vitales !

 

Merci Thomas Jamet

 

Merci Bertrand Jouvenot

 

Le livre : Data démocratie – Etre un citoyen libre à l’ère du numérique, Thomas Jamet, Florian Freyssenet, Lionel Dos Santos de Sousa, Diateino, 2022.