Si votre vie professionnelle ne vous correspond plus, il est temps de s’envoler vers d’autres horizons. Mais comment faire pour gagner de l’argent, maintenir le meilleur équilibre entre vie perso et vie pro, tout en trouvant sa voie ? Un guide pratique, non conventionnel et inspirant existe : le livre Be A Free Range Human de Marianne Cantwell qu’un éditeur français serait bien inspiré de traduire. Interview avec une free ranger, un tantinet française, qui transporte avec élégance et talent son travail dans un lap top, d’une plage à l’autre du monde.

 

Bonjour Marianne Cantwell, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

Marianne Cantwell : Il y a beaucoup de mythes autour du travail qu’il faut balayer afin que les gens puissent enfin prendre conscience des options qui s’offrent réellement à eux. Le plus prégnant est qu’une carrière est la seule option viable économiquement, voire envisageable tout court. Un autre est l’idée que si vous devenez entrepreneur, votre entreprise doit être envisagée, gérée et vécue selon certaines normes ou conventions. Ces deux simples mythes ont suffit à retenir trop de gens, mêmes de très intelligents, de simplement envisager une autre manière de vivre, tout en gagnant de l’argent et en étant vraiment en phase avec eux-mêmes.
Pour moi, le fait que les gens comprennent que si leur personnalité est sensiblement différentes ce celles de leurs collègues, c’est un présent. La plupart d’entre nous avons été éduqués avec l’idée selon laquelle si nous voulons nous intégrer au monde du travail et y réussir, il faudra nécessairement abandonner une parte de nous-même. Mais comme je l’ai appris dans mon travail, le contraire est également possible : quand vous apprenez à exploiter votre personnalité et que vous créez un environnement qui lui correspond (plutôt que de chercher à vous conformer absolument à celui créé par d’autres) vous pouvez faire beaucoup mieux que vous n’imaginiez.
Montrer au gens qui il sont était plus qu’une bonne raison pour d’écrire ce livre.

Un extrait, un passage, un chapitre, de votre livre qui vous représente le mieux ?

MC : Il y en a de nombreux. Mais il y en a un auquel je pense particulièrement en ce moment :
« Quant vous voyez des gens qui ont réussi dans ce qu’ils font, essayez ceci : plutôt que de vous dire, « Comme ils sont parfaitement faits pour ce qu’ils font, ils réussissent nécessairement sans que cela leur demande tellement d’efforts », inversez votre manière de voir et demandez-vous plutôt : « Qu’est-ce qui les rendait différents des autres au départ ? Qu’en serait-il aujourd’hui, s’ils n’en avaient pas pris conscience et ne l’avaient pas exploité ? »
Faites cette exercice et vous trouverez certainement les raisons qui expliquent finalement leurs succès.

Des tendances qui émergent et auxquelles vous croyez le plus ?

MC : Je ne suis pas certaine d’être une adepte des tendances. Beaucoup de gens passent du temps à attendre l’idée du moment espérant surfer sur la bonne vague. Cependant, si vous n’êtes pas fondamentalement enraciné dans ce que vous proposez, si vous le l’incarnez pas (au même titre que bien d’autres choses dont nous parlons dans le livre), la magie n’opérera pas (ou du moins pas pour longtemps!).
Les personnes qui connaissent le succès n’ont pas simplement eu la bonne idée une fois. Ils ont du succès parce qu’il ont compris une fois pour toute comment utiliser qui ils sont, pour en faire quelque chose qui marche… pour eux.
J’ai lancé mon activité en pleine période de récession et j’ai tenue dix ans. Pendant cette période, j’ai appris à commencer par poser les fondations en premier (qui es tu, qu’à-tu à offrir et comment travailles-tu le mieux) et à ne regarder les tendances uniquement pour avancer plus encore, plutôt que d’attendre une vague inespérée qui résoudrait les problèmes de tous.

Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

MC: La bonne idée business n’existe pas. Il existe seulement une bonne idée – pour vous (et vous seul).

En un mot, quel est le prochain sujet qui vous passionnera ?

MC : Ce qui m’intéresse particulièrement en ce moment est l’idée que ce qui vous rend diffèrent, voire étrange, et qui fait que vous ne rentrez pas dans le moule de votre secteur d’activité, que vous vous distinguez de vos paires en étant trop ceci ou pas assez cela, qui parfois même vous ferait honte, pourrait être votre super pouvoir en réalité.
Bertrand Jouvenot : Merci Marianne
Marianne Cantwell : Merci Bertrand

Propos recueillis et traduits par Bertrand Jouvenot


Le livre : Be A Free Range Human, Marianne Cantwell, Kogan Page, 2019