Quand on entend ceux qui ont réussi, le mot entreprendre fait rêver. Dans la vraie vie, celles de tous les autres entrepreneurs tout aussi courageux et peut-être simplement moins chanceux, c’est une autre histoire. Afin d’éviter à tous ces entrepreneurs le découragement, la surchauffe ou l’implosion qui les guettent, Romain Bastide a souhaité leur offrir ses conseils dans un ebook : Le Guide du Burnout Entrepreneurial. Aujourd’hui nous sommes heureux de l’interviewer et d’inaugurer avec lui une nouvelle série de notre blog, exclusivement consacrée aux ebooks.

 

 

Bonjour Romain Bastide, quel problème vous proposez-vous de résoudre avec votre ebook ?

 

Romain Bastide : Entreprendre est pour moi comme un sport de haut niveau. On doit être au top de sa forme pour réussir. Et il faut mettre en place un système de champion, cohérent, efficace et aligné avec qui vous êtes.

 

Mais la frontière entre réussir et imploser est très mince. Surtout quand on est perfectionniste et qu’on veut réussir coûte que coûte, quoi qu’il en coûte. C’est le fameux burnout entrepreneurial qui n’est jamais très loin.

 

Cet ebook sous forme de guide a pour but de donner de l’inspiration, de l’envie, du courage, de la clarté, de la stimulation, de la hauteur, de l’apaisement. Je partage dedans 12 « potions magiques » pour faire le ménage, tout remettre à l’endroit et retrouver la joie d’entreprendre.

 

 

Une page, un passage, une section de votre ebook qui vous ressemble le plus ?

 

R.B. : J’ai eu la chance d’accompagner de très près des dizaines d’entrepreneurs brillants, ambitieux. Voici quelques frustrations, challenges ou obstacles qui se présentent dans leurs vies persos et pros. Vous me direz si ça fait écho en vous :

  • Je n’ai pas encore réussi à recruter la A-Team. Du coup il faut repasser derrière tout et tout le monde. C’est épuisant et le serpent n’arrête pas de se mordre la queue.
  • J’ai 200 choses à faire par jour sur ma to do liste. Je termine la journée avec 100 tâches accomplies mais 150 nouvelles sont arrivées. J’ai la sensation de faire du surplace et je suis inquiet.
  • Ma boite grandit très vite, trop vite et je me sens un peu dépassé, plus vraiment à la hauteur. Mon syndrome de l’imposteur est en crise d’appendicite à la limite de la péritonite.
  • C’est difficile pour moi d’être pleinement présent le soir quand je rentre à la maison. Je lis une histoire Peppa pig à ma fille mais je suis bombardé dans ma tête par des milliards de choses. Je ne dis rien mais je m’en veux.
  • Je suis fatigué, je ne dors pas assez, je me réveille la nuit. Je prends 7 cafés par jour pour me relancer. Je me sens cramé en mode fatigue chronique. Je ne sais pas trop si j’ai le covid ou la mononucléose.
  • Je suis en colère contre mes associés. J’ai le sentiment de tout donner et on me reproche d’être trop pushy.
  • Je me suis transformé en guidon, à force d’avoir la tête dedans. Je navigue à vue.
  • Je commence à avoir des symptômes physiques du style angoisse, début de panique, insomnies. J’ai tenté la cohérence cardiaque et petit bambou mais ça ne change pas grand-chose.
  • J’enchaîne 14 réunions par jour. Tout le monde a besoin de moi, je cours partout.
  • Je me sens seul. J’ai plein de potes, une famille très présente. Un mari ou une femme au soutien inconditionnel. Mais oui je me sens seul.
  • J’ai perdu un peu le feu, le sens de ce que je fais, je me sens un peu à côté de ma boite.

 

 

Pourriez-vous me parler d’un sujet relatif à votre domaine, que nous ne connaissons pas et nous apprendre quelque chose à son propos ?

 

R.B. : J’ai la chance de travailler avec des sportifs professionnels qui veulent devenir no 1 mondial de leur sport. Ils sont drivés depuis tout petit par l’envie d’être les meilleurs et de tout gagner. Rien ne les arrête. C’est grâce à ce désir brûlant qu’ils ont pu faire tous ces sacrifices, s’entraîner dur et surmonter toutes les épreuves. Là où 99,99% ont dû abandonner en chemin. On dit souvent qu’ils ont du talent mais ils ont surtout du courage.

 

Mais cette obsession de vouloir gagner devient aussi un piège. A quel moment on en profite ? A quel moment on a le droit d’être fier de soi ? A quel moment on se pose pour savourer ? C’est une course en avant permanente, souvent très solitaire. Ils ont beau être très entourés, ils se sentent souvent seuls.

 

Et cette obsession de vouloir gagner peut aussi les paralyser. Sous pression, au moment de conclure, cela devient tellement une question de vie et de mort que c’est la guerre dans la tête. On perd sa liberté, sa légèreté, son âme d’enfant. On rentre dans le mode survie. Ça peut passer mais c’est dans la douleur et souvent on se met les pieds dans le tapis.

 

Ma conviction est que le sport et l’entrepreneuriat c’est pareil : pour performer à haut niveau il faut accepter que c’est possible de perdre, d’échouer. C’est la pratique de l’acceptation. C’est pas facile à intégrer mais quand on touche à cette acceptation, on redevient libre. L’énergie, l’envie, l’intuition reviennent. On profite du chemin et on crée dans l’instant présent. C’est la magie du Flow.

 

 

Quelle question sur votre ebook aimeriez-vous qu’on vous pose ?

 

R.B. : Qu’est-ce que cela veut dire réussir ?

Oui c’est une question que je me pose et que je pose. Quel est l’intérêt de créer un business qui cartonne si on a mis de côté sa santé, sa famille, son couple. Si on est complètement épuisé, on est obligé de prendre des médicaments pour dormir. Et si on est pas capable de vivre l’instant présent et qu’on est tout le temps en train de se projeter. En mode je pourrai être heureux et fier de moi quand j’aurais réussi.

Pour moi la vraie réussite est une réussite équilibrée. Certains diront que c’est impossible, que pour monter une boite il faut tout sacrifier. Je pense que c’est une croyance très limitante, et qu’on peut tous entreprendre avec joie et écologie.

 

 

Quel livre ou ebook, autre que le vôtre bien sûr, auriez-vous été fier d’écrire et pourquoi ?

 

R.B. : The One Thing by Gary Keller -> le meilleur livre de productivité qui va droit au but. C’est simple et cela tient en une question : Quelle est la seule chose (The One Thing) que vous pouvez faire, de telle sorte qu’en la faisant, tout le reste sera plus simple voire inutile ?

 

 

Quel message feriez-vous passer si vous deviez donner une conférence à TED ?

 

R.B. : Nous vivons dans un monde hypnotique et c’est important d’en avoir conscience. On se fait bombarder de suggestions du matin au soir et certaines rentrent dans notre ordinateur de bord et deviennent de véritables croyances. On ne se rend pas compte à quel point on se fait influencer. Mais c’est aussi vrai avec notre éducation et notre milieu d’origine, on a hérité de pleins de programmes et on est persuadé que c’est la vérité. Nos croyances filtrent la réalité, on ne verra que ce que l’on veut voir. On aura toujours raison. Les réseaux sociaux amplifient ces mécanismes.

Nous avons tous un rôle à jouer pour remettre en question nos croyances et s’ouvrir aux différentes possibilités. Cela passe par sortir de sa tête, de ses pensées et son mental compulsif pour apprendre à observer sans jugement. La vie est une méditation 24h/24 !

 

 

Quels sites trouve-t-on dans vos favoris ?

 

R.B. : Lequipe (pause méditative sportive), Youtube Dans la Tête d’un Pro (le mental dans le poker est fascinant), Youtube World Padel Tour (ma nouvelle passion).

 

 

Merci Romain

 

 

Merci Bertrand

 

 

 

L’ebook de Romain Bastide : Le Guide du Burnout Entrepreneurial.