Les entreprises n’ont fait que mettre en scène leur transformation digitale. Le  design thinking recouvre les murs des bureaux des grands groupes, qui adoptent les codes des start-up, les incubent, les imminent, les  envient. Mais pour ne rien changer en réalité. C’est ce qu’affirme Tendayi Viki dans son livre Pirates In The Navy en encourageant l’adoption d’une nouvelle posture corporate, privilégiant de nouveaux profiles de transformateurs et une nouvelle manière de les aider à changer l’entreprise de l’intérieur. Interview avec l’auteur.

Bonjour Tendayi, pourquoi avez-vous écrit ce livre… maintenant ?

Tenday Viki : Depuis de nombreuses années, nous bataillons pour convaincre les dirigeants que l’innovation doit être une composante majeure des stratégies d’entreprises. Je crois que cet argument arrive maintenant à son terme. La plupart des dirigeants sont à présent pleinement convaincus que l’innovation est le meilleur moyen de faire de la croissance. Aujourd’hui, la question se déplace lentement vers la manière dont nous nous y prenons. Comment faire de l’innovation un processus reproductible au sein de l’entreprise est devenue la question centrale ? C’est pourquoi j’ai écrit Pirates In The Navy. Le livre aborde des questions telles que :
Comment préparer votre entreprise à l’innovation ?
Comment changer la culture et les processus au sein de votre entreprise ?
Comment collaborer avec des facilitateurs potentiels tels que les finances, les RH, le service juridique et la marque ?
En d’autres termes, nous repartons de la théorie pour rappeler combien  l’innovation est importante – pour mieux expliquer comment la mettre en pratique dans vos entreprises ?

Un extrait de votre livre qui vous représente le mieux ?

T.V. : Je crois en l’authenticité des innovateurs. L’extrait qui représente le mieux ma pensée se trouve donc ci-dessous :
Être humble est la chose la plus difficile à faire pour un pirate (au sens d’un hacker de l’entreprise). L’humilité semble parfois être l’exact opposé de son ADN. Dans son esprit, il est un Elon Musk. J’ai souvent été choqué par le langage condescendant qu’ils utilisent pour décrire leurs collègues. Leur mépris pour les dirigeants « qui ne comprennent pas » est palpable.  Vous pouvez sentir leur frustration et leur colère justifiée chaque fois que vous leur parlez.
Mais je crois que cette excessive confiance en soi est problématique. En fait, je peux presque prédire quels innovateurs vont rapidement dérailler en raison du manque d’humilité dont ils font preuve. Il y a déjà des obstacles organisationnels difficiles à surmonter et leur ton arrogant ne fait qu’empirer les choses. En fait, j’ai vu certains innovateurs créer des barrières là où il n’y en avait pas, simplement par leur façon d’agir.
Alors, dépassons les mythes que vous vous êtes construits sur vous-même. Vous n’êtes pas Elon Musk ! Vous n’êtes pas un héros venu sauver l’entreprise – et vous ne travaillez pas dans une entreprise pleine d’idiots. Le ton et l’approche que vous adoptez au sein de l’entreprise rendront vos tentatives de transformation plus faciles ou plus difficiles.
Les innovateurs doivent accepter la réalité que personne ne partage leur foi ou leur passion. Au début d’un mouvement d’innovation, nous n’avons tout simplement pas la crédibilité nécessaire pour insister sur le fait que notre approche est la bonne. Ce que nous recherchons, c’est que l’entreprise nous donne l’espace et la permission d’essayer de nouvelles choses et de démontrer notre compétence en tant qu’innovateur.
Et peu importe si vous avez déjà été un fondateur de startup à succès. L’innovation d’entreprise est une toute autre histoire. Il y a beaucoup plus d’obstacles politiques à surmonter au sein des grandes entreprises avant qu’un nouveau produit puisse être lancé. C’est pourquoi le développement de bonnes relations est important.
Agir comme si vous étiez Steve Jobs ou Elon Musk, avant d’avoir gagné le droit de vous comporter de cette façon ne fera que vous valoir des ennemis. Ce que vous ne voulez pas au début, ce sont des gens dans l’entreprise qui s’investissent émotionnellement pour vous voir échouer. Vous voulez créer exactement le contraire de cela.
Commencez donc par faire preuve d’un peu d’humilité. Si vous étiez Elon Musk, vous dirigeriez SpaceX. D’une certaine manière, vous travaillez dans une grande entreprise et vous recevez un salaire mensuel. Assez de ces bêtises égoïstes. Vous devez travailler à établir des relations solides au sein de l’entreprise pour réussir, surtout avec les échelons intermédiaires.

Les tendances qui émergent et auxquelles vous croyez le plus ?

T.V. : Je suis d’origine africaine. Je suis né et j’ai grandi au Zimbabwe. La nouvelle tendance à laquelle je crois le plus est l’émergence de l’Afrique en tant que puissance économique. Nous constatons déjà l’augmentation des classes moyennes. Mais je crois encore plus fermement que les entrepreneurs africains seront capables de tirer parti de la technologie et de concevoir des modèles économiques qui servent les gens au bas de l’échelle du marché – en créant de la valeur pour ces gens et en améliorant nettement leur vie.

Si vous deviez donner un conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

T.V. : Évitez à tout prix le théâtre de l’innovation ! Le théâtre de l’innovation, ce sont les activités que les gens font et qui ressemblent à l’innovation, mais qui, en fin de compte, ne créent aucune valeur pour l’entreprise (par exemple, les hackathons, le  design thinking et la génération incessante d’idées). Veillez à ce que chaque activité que vous entreprenez autour de l’innovation soit liée à une création de valeur pour l’entreprise pour laquelle vous travaillez.

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

T.V. : Le sujet qui m’intéresse le plus est la complaisance ou plus précisément l’absence de complaisance. Je m’intéresse à la psychologie de la façon dont les gens deviennent non complaisants. Qu’est-ce qui pousse certaines personnes à chercher constamment à s’améliorer, même lorsqu’elles connaissent un succès fou. Je pense que dévoiler ce secret peut aider les dirigeants à éviter les perturbations qui leur arrivent lorsqu’ils deviennent complaisants à l’égard de la réussite de leur entreprise.
Merci Tendayi
Merci Bertrand