Nos enfants sont immergés dans les nouvelles technologies au point que des questions inédites émergent : comment réguler la place que prennent les écrans dans la vie des enfants, comment protéger leur santé et leur équilibre psychique tout en les laissant profiter des bienfaits de la révolution digitale ? Un mode d’emploi à destination des parents un peu dépassés existe. Il s’intitule Enfants 2.0. Pour vous aider à devenir des Parents 2.0, nous avons interviewée son auteur Cécile Faure.

 

 

Bonjour Cécile Faure, pourquoi avoir écrit ce livre… maintenant ?

 

Cécile Faure : J’ai commencé à écrire ce livre l’an dernier. Je suis moi-même maman de deux enfants, adolescent et pré-adolescent, et j’ai eu à tester un certain nombre de “recettes” pour arriver à mes fins éducatives avec eux concernant l’usage de la technologie : limiter leur usage, encadrer leurs activités, et arriver à faire respecter ces points !  En parlant avec des parents, des grands-parents, des enseignants je me suis aperçue que globalement, le rapport que les enfants entretiennent avec la technologie est une source de stress pour de nombreux adultes : ils sont inquiets lorsque les enfants passent trop de temps sur les écrans, qu’ils délaissent d’autres activités au profit de la technologie, que leur sommeil est perturbé, qu’ils ont accès à des contenus inadaptés, etc.

 

Et j’ai constaté que beaucoup de parents se sentent démunis notamment lorsqu’ils manquent de culture générale numérique. Dans ce cas, ils ont du mal à anticiper les problèmes que leurs enfants peuvent rencontrer en ligne, mais aussi en périphérie de leurs activités technologiques.  Ces parents subissent la technologie et réagissent à ses aspects négatifs, mais ne sont pas dans la prévention. C’est très dur pour un parent de ne pas être capable de prévenir ses enfants du danger; d’où leur angoisse.  Dans ce manuel, j’ai tenté e de communiquer l’information essentielle qui permet à tout parent, même non expert en technologie, d’anticiper les dangers d’un mauvais usage de la technologie par les enfants.

 

Pour ce qui est des recommandations de santé, ce manuel s’appuie sur les travaux publiés de pédiatres du Monde entier et sur des méthodes pédagogiques éprouvées. Et toutes les références sont consultables en fin d’ouvrage.  Et ce manuel instruit également : il parle des différents types de jeux vidéo, de la mention PEGI, de protection de la vie privée en ligne, de réseaux sociaux, … Et je donne également quelques astuces technologiques que tout le monde peut mettre en place : régler les horaires d’accès à la wifi dans la maison, fixer le temps autorisé sur un ordinateur, …

 

 

Une page de votre livre, ou un passage, qui vous représente le mieux ?

 

CF : Je vous propose un extrait sur les bénéfices d’internet chez les adolescents. On parle finalement assez peu de ce côté-là, le fait que cette génération a accès à un outil qui, lorsqu’il est bien utilisé, peut-être positif à leur développement.

 

“Au-delà de ces aspects strictement pratiques, Internet apporte aux adolescents une ouverture sur le monde leur permettant de prendre conscience de réalités qui ne leur sont pas accessibles autrement. Il a également été montré que l’accès aux nouveaux moyens de communication jouait un rôle positif dans la promotion de comportements sains comme l’arrêt du tabac ou des​ comportements alimentaires équilibrés​. A travers les réseaux sociaux, les jeunes peuvent suivre ou créer des comptes et des groupes qui servent à la promotion de leurs activités (sportives, culturelles, etc.) et d’événements locaux (concerts, animations sportives,) ce qui encourage leur engagement auprès de ces associations dans la vie réelle​.

On notera d’ailleurs que l’utilisation active des réseaux sociaux, c’est-à-dire pouvoir publier et interagir, est vécue positivement par les adolescents, alors que leur utilisation passive peut créer un sentiment de solitude et d’isolement​. Ainsi, si votre enfant est en âge d’avoir accès à un réseau social et que vous lui en donnez l’autorisation, mieux vaut le laisser publier qu’être un simple spectateur. Cependant, veillez à son anonymat et à sa ligne éditoriale (cf. Chap. 3).

Cette double possibilité de communiquer et de rejoindre une « communauté » est également vécue de façon positive pour​ les jeunes qui vivent isolés pour des raisons de santé​. Ces derniers peuvent trouver dans les nouveaux médias des lieux de soutien et d’information. Certains jeunes qui se sentent exclus vont utiliser ces réseaux sociaux pour trouver des lieux d’inclusion à travers des communautés accueillantes, comme certains jeunes qui s’identifient LGBT+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels et assimilés) ​ .

 

 

Les tendances qui émergent à peine et auxquelles vous croyez le plus ?

 

CF : L’ordinateur quantique va ouvrir une toute nouvelle ère à ce qui nous semble être déjà de l’immédiateté et de la rapidité. Les retombées scientifiques et sociales seront une deuxième révolution technologique, j’en suis convaincue.

 

Si vous deviez donner un seul conseil à un lecteur de cet article, quel serait-il ?

 

CF : Je lui conseillerais s’il est parent, d’être attentif parce que les conséquences d’un mauvais usage de la technologie peuvent être dramatiques pour les enfants qui sont laissés seuls avec ces outils.

 

En un mot, quels sont les prochains sujets qui vous passionneront ?

 

CF : J’aimerai continuer à écrire sur le numérique. J’ai en tête un abécédaire de la culture générale digitale… à suivre ! 🙂

 

Merci Cécile Faure

 

Merci Bertrand

 

Le livre : Enfants 2.0, Cécile Faure, Librinova, 2020